Le petit guide des raccourcis mentaux

Les raccourcis mentaux que nous empruntons pour traiter l’information contribuent grandement à la crise de la désinformation. Les reconnaître fait partie de la solution.

Les biais cognitifs, semblables à un coureur qui triche pour finir une course plus vite, font en sorte qu’on partage des articles qu’on n’a pas lus, qu’on donne de la crédibilité à une vedette de la chanson qui s’exprime sur un sujet scientifique, qu’on commente sous le coup de l’émotion ou qu’on minimise les conséquences de la COVID-19...

C’est le psychologue et économiste Daniel Kahneman et ses collègues qui ont démontré, au début des années 1990, notre tendance à prendre des décisions irrationnelles dans le domaine économique. Depuis, une multitude de raccourcis mentaux, appelés biais cognitifs, ont été identifiés par des chercheurs en psychologie cognitive et sociale. Ce concept est d’ailleurs directement lié à la « science des fausses nouvelles ».

Qu’on le veuille ou non, notre cerveau est ainsi fait qu’il recourt continuellement à de tels raccourcis mentaux. Et ce sont ces raccourcis qui nous rendent susceptibles de partager de la désinformation, dès qu’elle touche en nous une corde sensible. Ce petit guide vous aidera à les reconnaître et, ainsi, à les éviter...

 

Biais de confirmation

Le biais de confirmation nous pousse à favoriser l’information qui confirme nos croyances. Notre cerveau l’utilise comme un filtre pour se simplifier la tâche et trier plus rapidement l’info.

C’est la raison pour laquelle on peut avoir une perception brouillée de la réalité : on ne croit qu’à l’information qui nous convient (et on ignore celle qui ne nous plaît pas), on cherche de l’information qui confirme nos croyances et on s’entoure de gens qui pensent comme nous.

Les réseaux sociaux le reflètent. Les algorithmes qui trient le contenu pour le rendre à notre image renforcent notre biais de confirmation en ne nous montrant que ce que nous voulons voir. Par exemple, un individu qui fait déjà partie de groupes anti-vaccins avant la pandémie sera exposé, pendant la crise, à des informations confirmant ses croyances sur les médias sociaux comme Facebook, YouTube, Instagram, etc.

 

L’effet de halo

L’effet de halo fait en sorte que nous avons tendance à tirer des conclusions sur une personne sur la base d'une seule de ses caractéristiques ou qualités.

Par exemple, si nous trouvons qu’une personne est belle ou qu’elle a succès, on aura tendance à penser qu’elle est une bonne personne ou à donner plus de poids à son opinion. On l’appelle aussi “effet de notoriété” ou “effet de contamination”.

En période de pandémie, l’effet de halo peut nous inciter à donner de la crédibilité à des informations erronées, juste parce qu’elles sont véhiculées par des célébrités.

L’effet de halo vaut aussi pour les spécialistes qui s’expriment en dehors de leur champ d’expertise. Dans la revue Psychology Today, la psychologue Terri Apter met en garde contre «l’erreur halo» en temps de COVID-19: .notre tendance à croire qu’un expert est spécialiste en tout. « Le terme “expert” fait partie de son identité », écrit la psychologue.

 

Le biais de popularité

Le biais de popularité se manifeste quand on croit une affirmation parce qu’un grand nombre de personnes la considère comme vraie. Bref, quand on croit que la majorité a toujours raison.

C’est ce qui nous incite, par exemple, à nous abonner à un groupe Facebook  dont le sujet nous semble douteux, mais qui compte un nombre important d’abonnés, ce qui, à nos yeux, rend son contenu plus crédible. Même chose pour les informations que nous trouvons louches : si on voit qu’elles ont été partagées ou «aimées» à de nombreuses reprises, on les partagera plus rapidement, sans faire les vérifications nécessaires.

D’ailleurs, à l’ère de la distanciation physique, voir un grand groupe de personnes ignorer les mesures sécuritaires et sanitaires peut aussi nous inciter à faire de même.

 

Le biais de normalité

Le biais de normalité est un réflexe qui nous pousse à croire que notre vie se déroulera comme elle s’est toujours déroulée, et, ainsi, à ignorer la possibilité qu’une catastrophe ou un événement non prévu vienne tout chambouler. C’est la raison pour laquelle on se dit souvent «ça ne peut pas m’arriver», en pensant aux cancers ou aux accidents de voiture, même si on connaît les statistiques et qu’on sait que ça peut arriver à tout le monde.

C’est ce qui explique en partie la résistance de certaines personnes à adopter rapidement les mesures sanitaires recommandées en période de pandémie. Appelé parfois “panique négative”, il fait en sorte que nous avons tendance à ignorer les signes avant-coureurs d’une catastrophe et à vouloir continuer à vitre “comme d’habitude”, voire à adopter des comportements dangereux.

 

Le biais émotionnel

Le biais émotionnel est une réaction émotionnelle à une situation ou à une information qui peut perturber la prise de décision. Une personne sera ainsi encline à croire une chose qui procure un sentiment agréable, ou à rejeter des réalités désagréables. Et ce, même s'il existe des preuves rationnelles du contraire.

Certaines émotions ont tendance à court-circuiter davantage notre raisonnement logique, notamment sur les réseaux sociaux. En 2018, des chercheurs du MIT ont analysé 126 000 partages Twitter de nouvelles - vraies ou fausses. Ils ont démontré que les fausses nouvelles qui suscitent des émotions fortes, comme la surprise, la peur ou le dégoût, sont plus susceptibles d’être partagées rapidement et de devenir virales que les vraies nouvelles qui suscitent des émotions plus neutres, comme l’espoir et la tristesse. Sachant qu’un contenu qui suscite des émotions fortes peut mettre notre sens critique en veilleuse, les créateurs d’articles trompeurs s’arrangent pour jouer sur nos émotions afin de nous faire tomber dans le panneau.

 

CONCLUSION

Tout le monde passe par des raccourcis mentaux. Reconnaître que notre cerveau nous joue des tours et déforme notre perception de l’information est important. Nul besoin de culpabiliser : il s’agit de la première étape pour apprendre à reconnaître la désinformation.

Retour à la liste des nouvelles